Chiffres et histoire de la commune

Chiffres de la commune

Surface Totale

12.31 km²

Agricole : 215ha

Forestière : 525ha

 

Bâtiments publics

Château Grand Ducal.
Centre culturel avec  administration communale.

Ecoles:
4 salles préscolaires,
13 salles scolaires,
1 restaurant scolaire.

Hall Omnisport
Piscine

Terrains de football: 2
Terrains de tennis: 3
Terrains de pétanques: 2

Parc public
Eglise
Chalet pour scouts
Poste
Gare CFL

Industries – Artisanats – Commerces

Goodyear

Tire plant
Mold plant
Innovation Center Luxembourg

  • A.S. Tours (Bus, Taxi, transport de malade)
  • ABC Marché
  • Ateliers Arendt et fils.
  • Boulangerie-Pâtisserie Christian Schumacher
  • Café Béierstuff
  • Centre de Formation pour conducteurs
  • Coiffure Romy et Guy
  • Déirefrups
  • Effets d’Optique Martin Stéphanie
  • Fenrir
  • Fiduciaire Binsfeld​
  • Foyer Assurances Molling Patrick
  • Hyosung Luxembourg SA
  • Immo Samimi-Blasius
  • Kohl (Installations électriques)
  • Laboratoire​ Ketterthill​
  • Laboratoires Réunis
  • Luxemburger Saatbaugenossenschaft
  • MBR Services
  • Megalift
  • Metzler Quintus Véih vum Séi
  • Pharmacie de Colmar-Berg (F.Martzen)
  • Restaurant Am Park
  • Restaurant Neptwone
  • Restaurant Papillon
  • Superdreckskescht
  • Toiture Moderne
  • Versis

Nombre d’habitants

2315 dont 50.02 % masculin et 49,98 % féminin.
 60 nationalités différentes au 4 avril 2022.

 

albanaise 3 kosovare 1
allemande 32 lettonne 1
américaine 3 libanaise 1
arménienne 1 lituanienne 6
belge 38 luxembourgeoise 1406
bosnienne 4 maltaise 2
brésilienne 10 marocaine 2
britannique 15 monténégrine 7
bulgare 11 néerlandaise 12
canadienne 2 néo-zélandaise 1
cap-verdienne 21 nigériane 7
chilienne 1 péruvienne 2
chinoise 5 philippine 7
congolaise 5 polonaise 46
croate 4 portugaise 439
dominicaine 3 roumaine 16
érythréenne 4 russe 1
espagnole 6 sénégalaise 2
éthiopienne 1 serbe 16
française 57 slovène 4
gabonaise 2 sri lankaise 2
ghanéenne 1 suédoise 3
grecque 9 suisse 3
hongroise 1 syrienne 11
indienne 8 tchèque 3
irakienne 1 thailandaise 2
iranienne 7 togolaise 1
irlandaise 8 tunisienne 5
islandaise 1 ukrainienne 2
italienne 38 yougoslave 1​

Histoire de la commune

Les origines exactes de la localité de Colmar-Berg sont inconnues. Il est cependant démontré par des trouvailles d’outils en silex que les lieux étaient occupés à partir de l’époque moustérienne (40.000 avant J.C.). Même après l ‘âge de la pierre polie, la contrée resta habitée par le genre humain, car sur le ban de Berg on peut remarquer des tumuli par dizaines, dont une partie date du 12 siècle avant J.C.. Il est évident que les Celtes ont habité les parages car le nom de Colmar est d’origine celtique (COL = colline et MAR= grand). De plus le lieu-dit « Geismuhlen » vient du mot gallois « Geis » qui signifie guet.  Situé près du moulin sur l’Attert où une voie celto-romaine traversait la rivière sous l’œil vigilant d’un poste de garde romain jonché sur la hauteur avoisinante.

          Les vestiges de fermes (villas) romaines datant du 3e siècle se trouvaient sur les banlieues de Colmar et de Berg. Le lieu de Berg est mentionné pour la première fois en 800. Dans la table de D. Irminae « Villam, cujus vocabulum est montis ». Il se peut que cette demeure soit l’origine du château de Berg, qui fut érigé vers 1740. Vers 1655 Jean Piret érigea le château et la forge dits Bruckenberg à Colmar. Parfois des auteurs mentionnent un autre château situé au Muhlenberg, mais les fouilles ont démontré qu’en réalité il s’agit d’un camp retranché dont les origines sont incertaines.

Pendant le moyen âge la population de Colmar, de Berg et de Welsdorf, dû à la peste et aux guerres, n’était pas nombreuse, 17 familles en 1540 et 5 en 1641. Les habitants à l’exception des nobles étaient des serfs et exploitaient les terres appartenant aux nobles. Le nombre total des habitants augmentait à partir de la fin du 17. siècle par l’installation des forges à Colmar. Les premiers gens du métier étaient d’origine wallonne tandis que la manœuvre venait des alentours. Afin de procurer les matières premières pour caser l’augmentation des habitants, des carrières furent ouvertes à Colmar et à Berg.

Vers 1850 le château de Berg fut restauré et agrandi par le Roi-Grand-Duc Guillaume II qui l’avait acheté d’Amour Alphonse du Pasquier Baron de Dommartin. Néanmoins les tombes en fontes coulées des anciens maîtres-forgeurs restent au cimetière de Berg.

          Doucement le nombre d’habitants  augmenta : 502 en 1834, 558 en 1846, 615 en 1855 pour culminer à 671 en 1866. Puis avec la fermeture en 1917 de la forge avec les hauts-fourneaux, les ateliers mécaniques et la fonderie, une partie de la main d’œuvre changea son domicile. Malgré la démolition et la reconstruction du château de Berg et l’implantation de Chaudolux le nombre des habitants n’augmentait pas.

 L’implantation de la société Goodyear qui commençait à produire des pneumatiques en 1951 donna un nouvel essor. Elle fut implantée sur l’ancien site des forges de Colmar dont le dernier vestige du château tomba en 1960.

          Au début, dû aux terrains rares et coûteux, l’essor de la localité était lent, mais dès 1970, par l’achat et la vente de terrains à bâtir par l’administration communale, le nombre des habitants grossit. Les conséquences étaient l’installation de l’infrastructure administrative, scolaire, sportive et commerciale.

 En 1969 Luxembourg Industries, l’usine d’entoilage et en 1970 Luxmold, l’usine pour la fabrication de moules pour pneumatiques commençaient les fabrications respectives. Afin de secourir et développer la fabrication et la recherche concernant le pneu et les matières premières y requises un centre de recherche et de développement fut créé en 1968. Pour le moment la société Goodyear Tire and Rubber occupe 3.500 personnes dans ses établissements à Colmar.

           Même l’industrie privée comme les Ateliers Arendt et Schackmann., Toitures Modernes, Superdreckskëscht et le Centre de Formation pour conducteurs occupent  une centaine de personnes.

Armoiries de la commune de Colmar-Berg

Description

D’argent à l’aigle de sable accompagnée en chef, aux flancs et en pointe de cinq trèfles de sinople posés 2-2-1 ; au chef d’azur chargé d’une couronne grand-ducale d’or

Armoiries adoptées par le conseil communal dans sa séance du 15 décembre 1988.
Projet : M. Lenertz en 1983

Fig 1. Berg

Fig. 2. Heisgen

Fig. 3. Nassau

Explication

Sous l’Ancien Régime le territoire de l’actuelle commune formait l’essentiel de la seigneurie de Berg dont les premiers seigneurs auraient porté « d’argent à l’aigle de sable » [fig. 1].

Aux dix-septième et dix-huitième siècle les seigneurs de Berg appartenaient à la famille de Heisgen (ou Heusgen) [d’argent à cinq trèfles de sinople posés en sautoir ; fig. 2]. Ce sont ces seigneurs qui ont construit le château de Berg.

Plus tard, au dix-neuvième siècle, le château fut acquis par les Rois-Grands-Ducs qui le firent agrandir. C’est ainsi que le château passa dans les biens de la maison grand-ducale. Au cours du premier tiers du vingtième siècle enfin le château fut acquis par l’Etat luxembourgeois qui le met à la disposition du Grand-Duc.

Le champ des armoiries communales est celui des Berg, complété par les trèfles des Heisgen ; le chef enfin fait allusion à la résidence grand-ducale, tant par la couronne que par son émail, l’azur, qui est l’émail principale des armes de la famille de Nassau [d’azur billeté d’or au lion du même ; fig. 3].

Berg fait partie des communes originales créées au début du dix-neuvième siècle.

Dernière modification le 08/04/2022
Aller au contenu principal